first_imgCris d’alarme chez les chimpanzés : urgence mais discernementPubliant leurs travaux le 29 décembre dans la revue Current Biology, des chercheurs allemands et britanniques ont mis en évidence la façon dont les chimpanzés sauvages, en cas de danger, avertissent leurs congénères toujours à bon escient.  Dirigée par Catherine Crockford et Roman Witting, une équipe de primatologues de l’Institut d’anthropologie évolutive Max Planck de Leipzig (Allemagne) et de l’Université St Andrews (Écosse) a étudié les cris d’alarmes d’un groupe de 33 chimpanzés sauvages de la forêt de Budongo, en Ouganda.À lire aussiCe chimpanzé a trouvé la technique pour transporter 12 oranges à la foisPour cela, ils ont placé à plusieurs reprises durant plusieurs semaines des serpents factices sur le bord des sentiers empruntés par les primates. Les chercheurs ont alors constaté que, loin de pousser des cris de la même façon à chaque fois qu’ils sont en présence du danger, les chimpanzés adaptent ceux-ci aux circonstances : ces “hou” d’alerte sont bien plus intenses lorsque le danger vient d’être découvert (et que ‘personne’ n’est donc encore au courant), ou qu’ils s’adressent à des individus qui étaient trop éloignés pour percevoir les premiers cris d’avertissement.Autrement dit, ce type de communication tient compte du degré de connaissance (ou d’ignorance) des individus auquel il s’adresse : une des composantes des processus du langage humain, présente également, donc, chez le chimpanzé, soulignent les auteurs. Le 4 janvier 2012 à 18:04 • Maxime Lambertlast_img

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *